0%

Loading...

00:00

00:00

00:00
Soundcloud Youtube Itunes

Loading

00:00

00:00

00:00

Lyrics

Culminant

[Nikkfurie]
Les keufs restent statiques
Mes actes sont exacts et corrects
L’exam est automatique
Ma plaque éclatante reflète 2 chiffres relatant le trafic
Une gueule de racaille organique, ceci en provenance d’Afrique
Ils veulent nous voir sous plastique
J’te dis que si, moi, c’est Hardy, dixit Hi-Tekk, c’est Laurel
Noisy, je viens d’une ville ardue, j’espère ne plus être dans ce bordel
Mon rap, mon spectacle t’attire, on va dire que je suis pas acteur
Que les crabes meurent d’un infarctus : sans rack d’effets, ils craquent leur slip
Agile comme Fatlips, mon adlib pèse 4×4 livres
Mon hymne est d’un autre acabit que celle de Marseille à Paris
C’est Nikk’ qu’est dans sa cabine
Sur scène de Sarcelles à Bari
Ma théorie en pratique : comme Saphir
Personne salarie
 
[Hi-Tekk]
Le gaz et le méthane s’enflamment à chaque étincelle
J’aime les caisses et j’esquinte celles qui sont belles
J’aime l’argent et mes paincs’ peinent au poste
Ou nos potes se niquent, trinquent sans les dents
Comme l’entrée dans l’atmosphère du satellite russe Spoutnik
Incandescent, toujours les mêmes chiens quand je descends
Dans le hall au bas des escaliers
Ou la police crée des émeutes avec l’ampleur de 50 descentes
Rien qu’on déclenche les hostilités et les chiens scandent méfiance
J’esquinte sans que les gens croient que je lève les mains
Quand je défends mes origines et on se plaint que sans l’essence
L’auto reste au parking et mes craintes sont récentes
Pour les pochtrons, je sais que l’estomac ne se rince qu’en gerbant
 
[Refrain] x2
Punition, La Caution classe ton cas sans suite
Lumineux, du sampler au simple S.M.58
Culminant, d’une ampleur d’au moins mai 68
Le prix à payer : La Caution !
 
[Hi-Tekk]
Je n’ai confiance en personne
Pour faire de l’argent, il n’y a pas de copinage
Les emmerdes, on en mange en pleine gueule dans l’anonymat
Je n’aime plus le genre d’évènements qui éclatent l’audimat
Je hais ceux qui pensent que le monde est à notre image
ça te donne la gerbe : un choc abdominal
La police carbure à l’alcool , inapte
Elle est abominable, elle aime la merde que les scatos inhalent
La même odeur, le même impact au mitard
Comme les effluves de l’haleine d’un pauvre mec qui s’éclate au pinard
Mal de crâne, j’entends un marteau qui tape dans ma tête
Si fort que j’pète un cable et crache aux ignards
Une vie naze au final qui me donne un mal de bide
Mate nos sphères et nos vices, l’atmosphère est nocive :
Pas de maille au minable
On en n’est pas au soin ce n’est pas l’hôpital
Dans ma rue les alcooliques braillent et me cassent les burnes
Une sirène se déclenche, ébranle mes sens, halte au signal d’alarme
De l’essence se répand sur la caisse, l’automobile agonise et s’enflamme
Les pneus se carbonisent et s’embrasent
Saupoudrés de folie et d’entraves
J’passe le joint, je bave
J’lâche la beuh qui te lunche le crâne : grosse tâche !
“Mais qu’est ce que tu me casses les couilles ?”
 
[Refrain]
 
[Nikkfurie]
LE ou les gars giclent, le rap un cycle
Graisse lui la pâte, p’t’être qu’là l’argent fera son éclat
PRIS la main dans le sac, la tête dans le sable
D’la minch t’en as, sortez nos braves d’vos cages
A capella, arabe ou noir, garage ou raï
N’arnaquons pas et la roue tourne comme un compas
PAYER, s’frayer ou s’créer un chemin
Nikkfurie, Hi-tekk duo clouant les becs avec brio
L’Acapoueratiste du mic, l’artiste par qui a péri ton rap
Le kinésithérapeute du bloc
CO-mmunication, unique action, pudique accent
Pour voir que j’suis garçon : tate mon fute, ma trique tu la sens !
SI ON croit qu’au jour le jour, j’crois qu’un bloc
Une claque, un glock, ça broie que nos reufs, les keufs rient
Chaque chose en son temps, mais chaque chose a son prix !
 
[Hi-Tekk]
Je n’aime pas quand ça sent la merde quand je dîne
Quand je mange un steak sans style
Avec un mec sans trip, qui danse le jerk en slip
Sur des musiques mercantiles, la merde est contagieuse, excentrique
Et j’la teste en ville, la rue, de mon logo j’l’estampille
Au milieu de crapules qui plaisantent, ivres…
 
[Refrain]